La baisse continue des défaillances en Amérique du Nord arrive à son terme : les faillites devraient se stabiliser en 2016, aux États-Unis et au Canada, avant de croître modérément en 2017 (+1% et +2% respectivement). En Amérique latine, les défaillances continueront de progresser pour la sixième année consécutive, à un rythme supérieur à +10% (+12% en 2017) pour afficher un nombre record de faillites depuis 2000.

Etats-Unis : Les défaillances devraient augmenter de +1% en 2017, malgré les mesures de relance budgétaire

Les entreprises américaines ont connu une année 2016 contrastée. D’un côté, les entreprises américaines ont bénéficié de marchés boursiers florissants, du dynamisme de la consommation des ménages en biens et services (+2,6% en moyenne annuelle jusqu’au troisième trimestre), et des conditions de financement accommodantes plus longtemps que prévu. En effet, la politique monétaire de la Fed s’est avérée moins agressive qu’escomptée, puisqu’elle n’a procédé qu’à un seul relèvement des taux. D’un autre côté, le secteur de l’énergie et toutes les activités liées ont été durement touchés par la faiblesse des prix du pétrole tout au long du premier semestre de l’année, même si leur renchérissement a ensuite permis une consolidation des bilans et une stabilisation des créances. Ainsi les dépôts de bilan des entreprises nord-américaines du secteur énergétique ne se sont normalisés qu’au troisième trimestre, après 34 défaillances au deuxième trimestre et un passif cumulé de 43 milliards USD. De manière plus générale, les entreprises américaines ont continué d’enregistrer une importante diminution de leurs profits mesurés en termes réels (-4,2% sur les trois premiers trimestres 2016 comparés à la même période en 2015), reflétant une insuffisance de productivité et les pressions sur les salaires. Cette contraction des marges a aussi abouti à un durcissement des conditions de financement malgré la politique accommodante de la Fed. De fait, les défaillances se sont stabilisées et ont atteint leur « niveau naturel » après six années de baisse. Nous prévoyons une hausse de +1% des défaillances aux États-Unis en 2017.

Les mesures de relance budgétaire promises par le Président Trump devraient dynamiser l’économie. Néanmoins, tous les secteurs ne devraient pas bénéficier de manière égale de la baisse générale de l’impôt sur les sociétés de 15% et des dépenses d’infrastructures, qui pourraient raisonnablement s’élever à 500 milliards sur la prochaine décennie. Par ailleurs, l’appréciation du billet vert va pénaliser les entreprises exportatrices, et tous les secteurs – et pas seulement les plus endettés comme le secteur des machines et équipements – pâtiront du resserrement monétaire. De plus, les mesures protectionnistes feront des gagnants, l’industrie métallurgique par exemple, qui tireront parti des taxes à l’importation élevées imposées à leurs concurrents étrangers, mais aussi des perdants, notamment les entreprises textiles, qui pourraient se voir imposer des tarifs d’importation pouvant aller jusqu’à 32%.

Canada : Les défaillances devraient repartir à la hausse (+2%) en 2017 après avoir atteint des niveaux historiquement bas

Selon nos prévisions, le nombre de défaillances au Canada devrait se stabiliser en 2016 et progresser de +2% en 2017. À l’instar des États-Unis, après quatorze années de repli continu, les défaillances se sont stabilisées à un peu plus de 3.000 cas par an depuis 2012. Ce niveau historiquement bas laisse un peu de place pour une petite hausse des faillites d’autant que la démographie des entreprises s’est accélérée (+200.000 entreprises sur les dix dernières années, à 2,6 millions). Les défaillances sont reparties à la hausse en 2016, mais uniquement dans les régions productrices de pétrole (Saskatchewan, Manitoba, Colombie britannique). En 2017, malgré le rétablissement progressif du secteur énergétique, trois dynamiques négatives devraient se conjuguer pour conduire à une augmentation d’ensemble des défaillances : la faiblesse des exportations, le ralentissement des créations d’emplois et le durcissement des conditions de prêts destiné à ralentir le marché immobilier et freiner les niveaux d’endettement hypothécaire.

Amérique latine : Attention aux (nombreuses) turbulences

L’indice des défaillances pour l’Amérique latine a déjà augmenté de plus de +90% depuis 2014, du fait essentiellement de la récession au Brésil. Dans ce pays, les défaillances vont continuer de progresser en 2017 (+15%) quoiqu’à un rythme plus modéré qu’en 2016 (+24%). Le pays ne devrait sortir de la récession que graduellement en 2017, avec un PIB progressant de façon très marginale de +0,6%. Les petites entreprises (+25% de défaillances en 2016), les moyennes entreprises (+7%) mais aussi les grandes entreprises (+18%), davantage exposées au commerce international, vont continuer de subir les effets du choc des années précédentes (récession économique de -3,8% en 2015 et -3,5% en 2016). La position plus accommodante adoptée par la Banque centrale (deux baisses des taux d’intérêt au cours des deux derniers mois) qui fait suite à la modération des tensions inflationnistes pourrait assouplir les conditions de financement pour les entreprises. Néanmoins la nouvelle politique américaine affectera assurément les entreprises brésiliennes, ne serait-ce qu’à à court terme déjà via les taux de change.