En 2017, aucun des pays de la région Asie-Pacifique ne devrait connaître un recul des défaillances. L’indice régional enregistrera une hausse pour la troisième année consécutive (+6%) avec une nouvelle augmentation marquée en Chine (+10%).

Chine : Les défaillances devraient croître de +10% en 2017, affichant ainsi une quatrième hausse consécutive

Les perspectives demeurent défavorables en termes de défaillances d’entreprises. Ces dernières devraient augmenter pour la quatrième année consécutive en 2017 (+10%), après +20% attendu en 2016. Tout d’abord, la croissance de la demande devrait légèrement ralentir. En 2016, le PIB chinois a progressé de +6,7%, soit davantage que prévu initialement grâce, principalement, à une politique de relance budgétaire de grande ampleur. En 2017, la croissance devrait marquer le pas, à +6,2%, sous l’effet de la croissance modérée des investissements privés et des exportations. Par ailleurs, le risque de crédit devrait rester élevé du fait du fort endettement des entreprises (170% du PIB en 2016), du niveau élevé des créances douteuses et contraction du marché immobilier. Enfin, les surcapacités pour les matériaux de base devraient continuer de poser problème. Les nouvelles commandes demeureront probablement limitées, reflétant la faiblesse de la demande et un renforcement des mesures protectionnistes à l’étranger.

Hong Kong : Touché par la situation en Chine et aux États-Unis

Les effets de la baisse de la demande privée chinoise se feront particulièrement sentir à Hong Kong, qui est une des destinations favorites des consommateurs chinois pour le shopping. Le secteur du commerce de détail sera le plus touché. En outre, le régime monétaire pourrait conduire à un resserrement des conditions monétaires dans les mois à venir. En effet, la Banque centrale devrait durcir sa position dans le sillage de la Réserve fédérale américaine. Nous anticipons une hausse des défaillances de +5% en 2017 après une stabilisation en 2016.

Corée du Sud et Singapour : Un effet domino ?

La Corée du Sud risque bien d’affronter un renversement de tendance des défaillances. Alors que les faillites devraient y baisser de -23% en 2016, elles devraient repartir à la hausse (+3%) en 2017 après huit années de baisse continue. Les entreprises devraient, en effet, subir les effets de l’atonie de la croissance du commerce mondial et de défaillances importantes, comme Hanjin Shipping qui, avec un chiffre d’affaires de 5,7 milliards USD, constitue la plus importante faillite en 2016. La réactivité du gouvernement, qui a soutenu les entreprises, notamment les PME, a permis de contenir les répercussions jusqu’à présent. À Singapour, les défaillances devraient s’accélérer en 2017 (+15% contre +2% en 2016). Les politiques de soutien ont permis de protéger le secteur privé de l’impact négatif de la défaillance d’acteurs majeurs, tels que Searights (transport maritime) et Swiber (énergie). Jusqu’à présent.

Japon : Les défaillances devraient augmenter de +1%, une première depuis 2008

Une période de huit années de recul devrait prendre fin en 2017, avec une remontée de +1% des faillites. Le pays a largement bénéficié d’une politique monétaire très accommodante qui permet aux entreprises, plus particulièrement les PME, de refinancer leur dette à des conditions avantageuses. De plus, la croissance du PIB devrait progressivement s’améliorer, soutenue par la reprise de la consommation privée et une politique budgétaire favorable. Néanmoins, trois éléments devraient empêcher une nouvelle baisse des faillites (qui sont déjà à des niveaux historiquement bas): (i) la faiblesse des nouvelles commandes à l’exportation ; (ii) la persistance des pressions déflationnistes, les prix des producteurs s’étant encore contractés en 2016 ; (iii) la faible marge de manœuvre de la politique budgétaire, alors que la dette publique avoisine les 250% du PIB.

Australie et Nouvelle-Zélande : Stabilisation en vue

En 2017, les défaillances vont se stabiliser tant en Australie qu’en Nouvelle-Zélande, après avoir reculé de -7% et -8% respectivement en 2016. En Australie, des disparités régionales importantes persistent. D’un côté, les régions touchées par la chute des prix des matières premières, notamment l’Australie-Occidentale et le Queensland, où les défaillances demeurent orientées à la hausse, tandis que certains états sont en plein essor immobilier et affichent une forte diminution des défaillances. Des risques subsistent dans le secteur de la construction. Quant à la Nouvelle-Zélande, le secteur laitier reste sous pression, mais l’économie dans son ensemble continue de bien résister, soutenue par des taux d’intérêt bas, le tourisme et des flux migratoires nets positifs.