La réforme de l’assurance-crédit a mis en lumière toute l’importance du crédit interentreprises comme source de financement. Elle a aussi conforté le rôle des assureurs-crédit dans la préservation de la trésorerie des entreprises françaises, PME et ETI en tête. Signée le 17 juin 2013 entre l’Etat, les principaux assureurs-crédit et la médiation du crédit, cette convention promeut les bonnes pratiques. Elle favorise le dialogue et la confiance entre assureurs-crédits, fournisseurs et acheteurs, afin de fluidifier les échanges commerciaux. Des enjeux importants compte tenu du climat économique morose et du risque de défaillances toujours à un niveau élevé depuis la crise de 2008. L’assurance-crédit représente une garantie déterminante pour faciliter l’octroi de crédit fournisseur et éviter le fameux effet domino : une défaillance d’entreprise sur quatre est due à celle d’un de ses clients. Conscients des enjeux du crédit interentreprises et du rôle de l’assurance-crédit, les pouvoirs publics ont souhaité rendre l’assurance-crédit plus accessible et son fonctionnement plus transparent.

La réforme de l’assurance-crédit a mis en lumière toute l’importance du crédit interentreprises comme source de financement. Elle a aussi conforté le rôle des assureurs-crédit dans la préservation de la trésorerie des entreprises françaises, PME et ETI en tête. Signée le 17 juin 2013 entre l’Etat, les principaux assureurs-crédit et la médiation du crédit, cette convention promeut les bonnes pratiques. Elle favorise le dialogue et la confiance entre assureurs-crédits, fournisseurs et acheteurs, afin de fluidifier les échanges commerciaux. Des enjeux importants compte tenu du climat économique morose et du risque de défaillances toujours à un niveau élevé depuis la crise de 2008. L’assurance-crédit représente une garantie déterminante pour faciliter l’octroi de crédit fournisseur et éviter le fameux effet domino : une défaillance d’entreprise sur quatre est due à celle d’un de ses clients. Conscients des enjeux du crédit interentreprises et du rôle de l’assurance-crédit, les pouvoirs publics ont souhaité rendre l’assurance-crédit plus accessible et son fonctionnement plus transparent.

Les 3 mesures phares de la réforme de l’assurance-crédit

Transparence : création d’un site Internet permettant aux acheteurs d’accéder à leur propre notation et aux montants garantis sur leur société par les assureurs-crédit.
Dialogue : délai d’un mois entre l’information du fournisseur assuré et l’effectivité d’une décision de modification de garantie, et information de l’acheteur de nos décisions de réduction ou résiliation de garantie, pour lui permettre de fournir des informations financières supplémentaires.
Produits spécifiques : promotion des produits de compléments d’assurance-crédit privés (CAP) pour permettre la couverture des entreprises jugées plus sensibles.

Les problèmes de trésorerie fragilisent les entreprises françaises

Neuf chefs d’entreprise sur dix s’inquiètent de la situation économique de la France, selon le baromètre KPMG pour la CGPME de février 2014. Ils sont encore une majorité (six sur dix) à reconnaître leur préoccupation pour leur propre activité, en raison d’une baisse de leur chiffre d’affaires, de la hausse des charges fixes… et de problèmes de trésorerie et de financement. Près de sept dirigeants sur dix concèdent avoir au moins un besoin de financement, et ils sont presque autant à dresser un lien entre le contexte économique morose et leurs difficultés à accéder au crédit. Conséquence : les investissements sont gelés, le besoin en fonds de roulement accru. Les TPE, PME et ETI subissent de plein fouet ce climat : la faillite d’un partenaire ou un retard de paiement les placent rapidement en grande difficulté. Une défaillance sur quatre est le résultat d’un impayé.

Les chiffres des retards de paiement en France

30 % : la part des créances B2B en retard de paiement à l’échéance en France en 2013 (+4 % par rapport à 2012)1
38 jours : le délai de paiement moyen en France en 2013 (+7 jours par rapport à 2012)1
62.700 : le nombre de défaillances d’entreprises françaises en 2013 (+1870 par rapport à 2012)2
Sources
1Observatoire 2013 des délais de paiement
2Euler Hermes 2013

Les effets cumulatifs d’un impayé pour une entreprise

Un impayé provoque une chaîne de risques pour l’entreprise…

Un impayé client provoque une chaîne de risques pour l'entreprises : perte de débouché commercial et perte financière sur la créance, dégradation de la situation financière, accroissement du risque de crédit

Source : Inspection Générale des Finances (2012)

L’assurance-crédit sécurise et rassure les fournisseurs

Dans un contexte économique tendu, le ministère de l’Economie et des Finances reconnaît le rôle majeur de l’assurance-crédit dans la fluidité et la sécurisation des échanges commerciaux. En garantissant les entreprises contre les défauts de paiement de leurs débiteurs, les assureurs-crédit limitent les risques d’impayés en couvrant les prises de risques. L’information qu’ils délivrent en amont sur les acheteurs et prospects permet aux entreprises de se concentrer sur les partenaires commerciaux solides. Les encours qu’ils garantissent et les sommes qu’ils recouvrent le cas échéant apportent un surcroît de sécurité aux fournisseurs, tant en termes de trésorerie que de rentabilité. « De par ses services et son accompagnement, l’assurance-crédit contribue à rendre plus performante l’entreprise assurée et à optimiser son BFR », estime Alexis Prevesianos, directeur grands groupes et institutions d’Euler Hermes France. Autrement dit, l’assureur-crédit est un partenaire vertueux pour la trésorerie des entreprises.

Améliorer et renforcer l’assurance-crédit pour dynamiser l’économie

L’assurance-crédit est un levier majeur du plan de renforcement de la trésorerie des petites et moyennes entreprises du ministère de l’Economie et des Finances. Pour Alexis Prevesianos, « L’appréciation du risque réalisée par les assureurs-crédit est un baromètre pertinent de la santé financière des acheteurs ». En réformant l’assurance-crédit, les pouvoirs publics souhaitent favoriser l’échange et la transparence entre les trois acteurs concernés (fournisseur, acheteur et assureur). Cela se traduit par une effectivité des décisions de garanties plus progressive, ou en incitant les acheteurs à donner plus fréquemment de la visibilité sur leur situation financière en cours, et les assureurs plus d’explications sur leurs positions risques.

CAP, le plus de l’assurance-crédit

Un produit de complément d’assurance-crédit privé (CAP) offre la possibilité d’une garantie supplémentaire sur des encours jugés stratégiques pour le fournisseur. Ce type de produit, qui s’ajoute aux garanties de l’assurance-crédit standard, est une couverture additionnelle pour soutenir les fournisseurs souhaitant poursuivre leur développement commercial avec un acheteur plus fragile, sans mettre leur activité en péril.

Un trio gagnant-gagnant

L’Etat, les assureurs-crédits et la médiation du crédit sont arrivés à un compromis sur la nécessité de favoriser les échanges entre assureur-crédit, fournisseur et acheteur. La création du site Internet www.acheteurs-assurance-credit.fr s’inscrit dans cette volonté de transparence : autrefois tenu à l’écart de la relation entre l’assureur-crédit et l’assuré, l’acheteur peut désormais avoir accès à sa notation et à la tranche d’encours garanti. Il est également alerté en amont en cas de réduction de ses lignes de garanties : il peut ainsi plus facilement contacter directement l’assureur-crédit, pour faire évoluer sa position, arguments à l’appui. « Ce mode de fonctionnement est à la fois plus juste et plus vertueux, puisqu’il incite les acheteurs à fournir leurs informations financières aux assureurs-crédits, explique Alexis Prevesianos d’Euler Hermes France. La transparence repose ainsi sur un échange constructif. »

Vous souhaitez connaître la notation Euler Hermes sur votre entreprise ?

Dès 2009, Euler Hermes a mis gratuitement à disposition des acheteurs une plate-forme web (infosacheteurs.eulerhermes.com), afin de les informer de leurs encours garantis et de faciliter la prise de contact. 33 000 entreprises s’y sont déjà abonnées.
En tant qu’abonné, vous serez alerté de toute révision de position de notre part entraînant une réduction de tranche d’encours garantis. Nos analyses reposent sur le suivi et l’évaluation de la situation financière de millions d’entreprises. Elles sont effectuées à partir des bilans et des informations prévisionnelles reçus grâce aux contacts entre les dirigeants et nos 300 analystes crédit présents en région.
N’hésitez pas à nous transmettre toutes les informations que vous jugerez utiles à l’analyse de votre situation via notre site d’informations acheteurs ou à contacter directement nos 23 délégations en France.