536.000 entreprises, 1,5 million d’actifs, 170 milliards d’euros de chiffre d’affaires : le BTP pèse lourd dans l’économie française. Face aux enjeux de l’environnement et de la sécurité, le secteur déploie des efforts considérables pour répondre aux défis d’aujourd’hui et demain. Tour d’horizon des innovations dans le domaine de la construction.

« Le secteur du bâtiment est au cœur de la transition énergétique. » À l’appui des propos de Jacques Chanut, président de la FFB (Fédération française du bâtiment), deux chiffres témoignent de l’importance de sa place dans la lutte contre le réchauffement climatique : en France, les parcs résidentiel et tertiaire représentent 24% des émissions de CO2, et consomment 44% de l’énergie utilisée . En conséquence, la loi sur la transition énergétique fixe au secteur des objectifs particulièrement ambitieux d’ici 2030 :

  1. réduire les consommations d’énergie de 20% (par rapport à 2012) ;
  2. diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 40% (par rapport à 1990) ;
  3. porter la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation.

Enjeux environnementaux et confort des habitants

C’est donc autour des enjeux environnementaux que se dessine la construction de demain, d’autant qu’en 2050, 75% de la population mondiale vivra en ville . Cela va bien au-delà de la seule consommation énergétique. Comme le souligne la FFB, « actuellement, la performance environnementale d’un bâtiment neuf est définie par la seule consommation énergétique. Or, il faudra rapidement prendre en compte son “contenu carbone”, c’est-à-dire l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre liées à sa construction, son exploitation et sa déconstruction. Cette nouvelle approche de conception aura des impacts sur le choix des produits de construction (matériaux et équipements), leur provenance, leur recyclabilité, et sur le type d’énergie utilisée (gaz, électricité, énergies renouvelables…) ».

Pour autant, le réchauffement climatique est aujourd’hui une réalité dont il faut tenir compte. Les étés caniculaires sont appelés à se multiplier, il faut donc repenser le bâtiment en pensant au confort des habitants. Ainsi, dans nos régions tempérées, la climatisation peut devenir un élément aussi important que le chauffage.

Des bâtiments à énergie positive

Non seulement, le bâtiment entend réduire sa consommation d’énergie, mais la construction doit devenir productrice d’énergie : ce que l’on appelle les bâtiments à énergie positive, via des isolations, des systèmes de puits canadiens, des panneaux photovoltaïques, des sondes géothermiques, des éoliennes adaptées aux balcons, voire la production d’énergie par les pas des habitants, grâce à des capteurs intégrés dans les planchers.
À l’échelle d’un quartier, on parle également de microgrids, des réseaux électriques qui assurent l’autoconsommation des habitants.

Le bois, star des matériaux

Le bois a le vent en poupe comme matériau de substitution au ciment, tout particulièrement pour économiser le sable qui, avec 15 milliards de tonnes par an, représente la 3ème ressource naturelle la plus utilisée derrière l’eau et le sel. Construire un lycée ou un hôpital requiert 3.000 tonnes de sable. Et la fabrication du ciment représente 7 à 8% des émissions de CO2.

Contrairement aux idées reçues, le bois compte parmi les matériaux les plus résistants, pour une densité parmi les plus faibles. Solide tout en étant léger, il se révèle adapté comme matériau de structure : maisons individuelles, immeubles, ponts, etc. Il présente l’avantage supplémentaire de conserver plus longtemps ses propriétés structurelles en cas d’incendie, à l’inverse du métal qui se déforme rapidement à la chaleur.

Des matériaux innovants

Les innovations dans le domaine des matériaux se multiplient. En voici quelques-unes parmi les plus prometteuses :

  • le bois traité à haute température qui permet d’accroître sa résistance à l’humidité de 30 à 50% ;
  • le carton, très bon isolant, résistant aux intempéries et parfaitement recyclable ;
  • le revêtement régulateur de chaleur à base de paraffines, qui absorbe la chaleur du jour pour la restituer la nuit ;
  • le béton qui laisse passer la lumière grâce à l’insertion de fibres optiques ;
  • le béton à base de fibre de lin ;
  • le super béton, mis au point par des chercheurs de l’Université de Wisconsin-Milwaukee, résistant à l’eau et aux fissures pendant 120 ans, capable de supporte une compression 200 fois supérieure au béton classique ;
  • l’isolation liquide – les murs et les planchers intégrant une fine lame d’eau ;
  • les briques en papier et carton recyclés ;
  • le carrelage écologique à base de résine epoxy, d’huile de lin, de fibres naturelles et de célite (micro-algue fossilisé) ;
  • la silice pour isoler les murs.

La modélisation

Un tiers seulement des chantiers respectent les budgets d’origine ! Le digital ouvre des perspectives pour réaliser de meilleures simulations, et donc mieux gérer les coûts et les plannings. Le BIM (Building information modeling) permet de modéliser la construction, mais aussi d’accompagner toute la vie du bâtiment – ce qui facilite sa maintenance.

Des chantiers plus propres et plus sûrs

Dès 2008, la directive européenne déchets a fixé un objectif de 70% de valorisation des déchets du BTP à l’horizon 2020. En 2018, on tourne entre 40 et 60%. Le traitement et le recyclage des déchets constitue toujours un enjeu majeur pour le secteur. Plus généralement, toutes les nuisances du chantier doivent diminuer, notamment le bruit.

Le BTP est le secteur économique le plus accidentogène, avec un taux d’accident de 90 pour 1.000. L’utilisation de drones permet d’éliminer certaines tâches à risque. Dotés de capteurs, les casques connectés visent à détecter et signaler des dangers potentiels.. Enfin, l’usage de la réalité virtuelle peut être utile pour des formations à la sécurité.

Secteur clé de l’économie confronté à de nouveau défis, le BTP renouvelle ses outils, ses matériaux et ses méthodes. Autant de transformations qui demandent des moyens et du temps – deux ressources qui font souvent défaut à cette multitude de petites entreprises.