Du 13 au 16 mai 2019, se tiendra à Bordeaux le salon Vinexpo, rendez-vous international et incontournable des professionnels de la filière vins et spiritueux. L’occasion de faire un point sur l’activité du secteur avec nos experts Euler Hermes. Eve Guibert-Boutron, arbitre à la direction des engagements d’Euler Hermes, est en charge du secteur du vin. Nous l’avons interrogée sur les grandes tendances du secteur aujourd’hui.

Quelles sont les grandes tendances que vous constatez dans le secteur du vin cette année ?

L’année 2018 est une année record pour tous les producteurs de vin dans le monde. Après une campagne 2017 historiquement basse, les volumes de vente ont augmenté significativement en 2018 et devraient encore progresser en 2019 afin de répondre à la demande mondiale toujours en hausse et de reconstituer les stocks au plus bas depuis 2017.

Toutefois, cette surabondance de l’offre devrait perturber la filière par une concurrence entre les acteurs plus intense et des tensions certaines sur les prix. Je constate déjà une faiblesse des transactions dans certains bassins viticoles, les acheteurs préférant attendre une baisse des prix.

Comment se comporte le marché à l’international ?

L’Europe reste le premier producteur de vin dans le monde, représentant 60% de la production mondiale. Avec 49,1 millions d’hectolitres produits, la France demeure dans le trio de tête au côté de l’Italie (54,8 millions d’hectolitres), et de l’Espagne (44,4 millions d’hectolitres).

Néanmoins ces grands pays producteurs font face à des problématiques bien différentes les uns des autres. L’Espagne, par exemple, premier vignoble au monde, a majoritairement misé sur une stratégie de volumes, bousculant le marché français et obligeant nos acteurs locaux à s’orienter vers le moyen / haut de gamme et l’export.

Hors d’Europe, les Etats Unis arrivent en quatrième position avec 23,9 millions d’hectolitres produits en 2018. Ils confortent leur place avec une hausse modérée mais continue de la production depuis 10 ans. Sur le plan de la consommation, ils restent néanmoins le premier pays consommateur de vin. Toutefois, les menaces de relèvement de taxes par Donald Trump sur les vins européens pèsent sur l’avenir.

En Amérique du Sud, à l’instar de la tendance globale, les récoltes ont été bonnes après 2 années catastrophiques au Chili et en Argentine notamment. L’année 2019 s’annonce également plutôt bonne mais les vendanges ne sont pas terminées.

Enfin, le marché chinois et son paradoxe. Deuxième vignoble mondial en surface, la Chine ne produit pourtant que très peu de vin. Cette tendance devrait se poursuivre sans pour autant booster les importations provenant d’Europe, au vu du recul de la consommation locale l’an passé et de la levée des barrières douanières des vins australiens et chiliens.

La filière est-elle impactée par la tendance du bio ?

La filière du vin est moins impactée par la montée en puissance du bio que l’on observe dans l’agroalimentaire notamment. « Le vin bio n’a pas aujourd’hui la même qualité que le non bio. Ce n’est pas une menace à court terme d’autant que passer une production entière en bio prendrait plusieurs années pour un producteur. Un pied de vigne a pour vocation à durer de nombreuses années, il est donc compliqué de replanter toute une vigne. »

Quel est l’impact du Brexit pour les producteurs français ?

Le Royaume-Uni est un des principaux marchés pour les producteurs français. Un Brexit sans accord entraînerait une explosion des droits de douanes sur le vin, les spiritueux et le champagne. Il faudrait, alors, aller chercher de nouveaux débouchés pour écouler la production. Et dans le contexte de concurrence agressive actuelle, ce ne sera pas chose facile.

Alors quels sont les débouchés pour les producteurs français ?

En France, la demande des ménages est de moins en moins dynamique depuis 3 ans, ce qui limite les débouchés locaux pour les producteurs. Les CHR sont très touchés par ce recul de la consommation et les défaillances repartent à la hausse depuis le dernier trimestre 2018. C’est donc naturellement à l’export que les débouchés sont les plus importants.

Nos 3 grandes appellations – le Bordelais, le Champagne et le Bourgogne – y consacrent déjà la moitié de leur production. Le Languedoc, en revanche, avec moins d’un tiers de ses volumes, a une marge de progression plus importante.

bannière assurance-crédit viticole Mais l’export n’est pas sans risque car il est difficile de pénétrer un nouveau marché : manque de visibilité sur la santé financière des partenaires potentiels, informations difficiles à obtenir, manque de connaissance des spécificités locales , des habitudes de paiement du pays, etc.

Chez Euler Hermes, nous accompagnons nos clients dès la phase de prospection grâce à notre large réseau d’expertise qui suit 83 millions d’entreprises dans le monde.

Quelles sont les stratégies commerciales à privilégier pour 2019 ?

  • Investir dans la marque, monter en gamme pour éviter de se battre sur les prix face à une concurrence agressive
  • Se développer à l’international : pourquoi pas aux Etats-Unis, en Allemagne ou au Japon où la consommation progresse. Mais le choix d’un partenaire fiable sur place sera déterminant pour la sécurisation des échanges commerciaux et pour éviter un impayé qui fragiliserait sa trésorerie.

« Trouver des nouveaux débouchés pour cette production abondante sera un facteur clé de la réussite des acteurs de la filière, conclut Eve Guibert-Boutron. Mais sans oublier de sécuriser sa trésorerie ! Euler Hermes vous accompagne partout dans le monde, vérifie pour vous la santé financière de vos prospects dès la prise de commande et vous informe de l’évolution de la solvabilité de vos clients. »

Que vos clients soient en France ou à l’international, qu’ils soient grossistes, CHR, ou distributeur, nous aurons une solution à vous proposer pour vous accompagner dans vos challenges commerciaux.

L’assurance-crédit est un partenaire clé pour vous aider à sécuriser votre poste clients. Elle vous permet :

  • de développer votre activité en accordant du crédit client,
  • de mieux sélectionner vos prospects en vous concentrant sur les partenaires les plus solides,
  • de gagner du temps et d’optimiser vos taux de récupération en confiant vos impayés à des experts,
  • et enfin de mieux gérer votre poste client en préservant votre rentabilité.

Découvrez l’assurance-crédit pour la filière viticole

Vous êtes producteur en vins ?

En souscrivant à une caution, vous rassurez vos partenaires sur la quantité livrée, le millésime et les conditions de date et livraison. Vous pouvez ainsi avancer la facturation dès la commande, afin d’optimiser votre trésorerie et faciliter le financement de votre activité.

Découvrez nos cautions Vins primeurs