Pourquoi faudrait-il choisir entre affacturage et assurance-crédit ? En apparence, c’est simple : l’affacturage est un outil de financement court-terme, et l’assurance-crédit une… assurance, qui garantit le bon paiement des factures clients. Pourtant la réponse est plus complexe qu’il n’y parait. La multiplicité des formules et l’apparition de nouvelles solutions mérite que l’on s’y penche…

Qu’est ce qui rassemble, et qu’est-ce qui distingue, l’affacturage de l’assurance-crédit ? Ces solutions sont-elles concurrentes ?

La maîtrise du BFR au cœur des deux propositions

Dans les deux cas, affacturage et assurance-crédit concernent le cœur du réacteur : la trésorerie.

  • Soit en affacturant, autrement dit en cédant sa créance à un factor pour disposer des fonds avant son échéance,
  • Soit en assurant son compte clients pour ne pas risquer un trou d’air dans sa trésorerie.

Oui, depuis la loi LME de 2008, les délais de paiement entre professionnels sont plafonnés à 60 jours date de facturation, ou 45 jours fin de mois. Mais la réalité, c’est qu’il faut en moyenne en France 73 jours pour être payé. Ce qui laisse imaginer que certains clients tirent encore plus sur la corde.

En France, le montant des créances prises en charge au premier semestre 2019 est de 170,1 Mds d’euros, en hausse de +11% par rapport aux six premiers mois de 2018. Mais générer de la trésorerie court terme par le règlement anticipé d’une facture nécessite de laisser une part de sa marge au factor. Un choix qui n’est ouvert que si cette marge est suffisante.

De son côté, l’assurance-crédit propose une meilleure maîtrise de son compte clients en garantissant le bon règlement final des factures. Elle offre une sécurité financière, du temps gagné en gestion avec la prise en charge possible du recouvrement, et une relation conservée avec le client débiteur. Un autre de ses avantages principaux est de bénéficier d’une une source d’information prédictive, pour mieux anticiper ses risques d’impayés, et se développer avec sérénité.

L’affacturage et ses variantes

L’affacturage comporte différentes variantes. La différence clé tient entre l’affacturage avec recours et l’affacturage sans recours.

Avec recours : l’entreprise (le fournisseur) cède sa créance à son factor, qui avance immédiatement la somme, diminuée de ses commissions. Si une facture n’est pas payée 60 jours après son terme , l’entreprise doit rembourser le factor et tenter de recouvrer la dette.

Sans recours : comme dans le cas précédent, le factor devient propriétaire des factures (« subrogation »), mais il ne peut pas demander de remboursement à son client.

Mais il existe différents cas de figure permettant ou non de garder la main sur son poste client :

Le full factoring est une offre intégrée. Le factor prend entièrement en charge la facture : financement, relances et contentieux, charge à lui de récupérer sa créance – une prestation qui induit que le factor est lui-même assuré-crédit. L’entreprise bénéficie ainsi d’un seul interlocuteur.

Le factoring avec délégation d’assurance ou en co-assurance consiste à assurer-crédit tout ou partie de son poste client (y compris ce qui n’est pas affacturé). Dans ce cas, le client souscrit lui-même un contrat d’assurance-crédit tripartite avec son assureur crédit et son factor.

Si la facture n’a pas été réglée à échéance au factor, celle-ci passe alors entre les mains de l’assureur crédit qui prend en charge les démarches de recouvrement ou d’indemnisation.

Cette solution permet un suivi personnalisé et adapté de son poste client. L’entreprise peut aussi profiter de la puissance du recouvrement de son assureur crédit et mieux maitriser les montants perçus en cas d’indemnisation. Elle protège sa trésorerie à court terme, et bénéficie d’informations sur la santé financière de ses prospects et clients avant d’avoir émis la première facture.

Assurance-crédit et affacturage sont faits pour s’entendre !

Affacturage et assurance-crédit sont décidément plus complémentaires que concurrentes. Si l’objectif est de financer son BFR, il faut un financier : le factor. Pour garantir sa trésorerie, il faut un assureur-crédit. Alors faut-il privilégier une offre intégrée « full factoring » ou plutôt assurer directement son portefeuille client ?

La réponse ne sera évidemment pas la même suivant le nombre de ses clients, le nombre de factures émises, leur montant moyen, l’existence de ventes export, etc. Mais collaborer avec un grand assureur-crédit apporte, en plus, un puissant outil pour disposer d’informations financières clés sur ses prospects et clients et ainsi mieux prévoir et mieux cadrer ses efforts en développement commercial. Garder la main sur son poste client et intégrer la prévention dans sa réflexion commerciale sont deux avantages qui peuvent s’avérer cruciaux pour développer son activité en toute sérénité.

Découvrir les solutions d’assurance-crédit Euler Hermes