Auto-assurance ou assurance-crédit ?


 

Gagner en assurance

Pour toute entreprise, le succès est une question d’équilibre. Comment concilier croissance et sécurité ? Développement commercial et bonne santé financière ? Le bon gestionnaire doit respecter, voire encourager, l’enthousiasme… tout en protégeant l’entreprise et ses collaborateurs des aléas d’une conjoncture économique toujours incertaine.

Le client d’abord

Les entreprises qui gagnent ont placé le client au cœur de leur réacteur. Ce client, il est indispensable de bien le connaître, autant pour mieux lui vendre que pour éviter les mauvaises surprises. Dématérialisation des échanges, durcissement de la concurrence et accélération des flux exigent aussi une rapidité de décision accrue.

Savoir prendre des risques

L’auto-assurance continue d’être pratiquée par de nombreuses entreprises françaises. Probablement parce qu’en apparence l’auto-assurance ne coûte rien… du moins quand les clients paient. La réalité, c’est qu’elle demande du temps, de l’expertise, des process, et aussi des renseignements commerciaux de qualité, qui ne sont pas gratuits. Et s’il faut procéder à un recouvrement, les choses se corsent. Toutes les entreprises ne disposent pas des moyens nécessaires.

Libérer les énergies

L’assurance-crédit libère dirigeants, financiers et commerciaux de tâches spécialisées, complexes et répétitives. Elle rassure les banquiers et les actionnaires. Chacun peut se consacrer à ses vrais talents, pendant que des professionnels de l’information commerciale et de l’analyse financière se chargent de collecter les données et de les analyser à votre place. Et de garantir les paiements.

Le coût de la sécurité

Faut-il déléguer le risque d’impayé ou décider d’être son propre assureur ?
Selon les cas, la balance penchera d’un côté ou de l’autre. Mais le choix devra se faire en connaissance de cause.