Les fraudeurs avancent masqués

Cette année encore, plus de 7 entreprises sur 10 ont subi au moins une tentative de fraude. Il faut dire que les criminels ne manquent ni d’imagination, ni de moyens. Surtout, ils n’ont aucun scrupule quand il s’agit de profiter de la situation…

masques

Chaque année Euler Hermes et la DFCG interrogent plus de 200 entreprises de France sur leur exposition, leur ressenti et leurs mesures de prévention face aux risques de fraude et de cybercriminalité. Plus d’1 entreprise sur 4 a subi une fraude avérée et 1 entreprise sur 2 a vu ses partenaires commerciaux victimes de fraude(s) en 2019.

Découvrir les résultats de l’étude 2020

Parmi ces fraudes, l’usurpation d’identité reste la technique privilégiée des escrocs. Son usage a toutefois évolué : « De nouvelles techniques plus pointues sont apparues et permettent aux fraudeurs de gagner en efficacité. On peut notamment penser à l’intelligence artificielle et aux logiciels d’imitation de voix, grâce auxquels les fraudeurs ont plus de crédibilité dans leurs tentatives, et qui permettent de constituer des scénarios d’usurpation d’identité extrêmement convaincants », illustre Armelle Raillard, Experte assurance-fraude chez Euler Hermes France.

La crise sanitaire et ses conséquences les ont apparemment encouragés : ils ont toujours su concentrer leurs efforts sur les périodes où les entreprises sont les moins armées pour se protéger : congés d’été, vacances… et effectifs désorganisés par le recours obligé au télétravail. Les cybercriminels profitent de toute vulnérabilité, y compris une sécurité informatique qui peut être dégradée. Vol d’identifiant et de mot de passe, fraudes à la livraison et détournement de fonds se sont multipliés. Pour les fraudeurs, c’est business as usual !

Euler Hermes propose depuis 2015 des solutions pour protéger les entreprises de la fraude.

Découvrir nos offres