Les retards de règlement, ce n’est pas du cinéma

Les retards de règlement font de mauvaises histoires en général. Certains peuvent même très mal finir. On est bien loin des feel-good movies !

La France fait partie des 10 pays où les délais de paiement sont les plus longs. Le DSO (encours clients exprimés en jours de chiffres d’affaires) dans notre pays s’est allongé de 2 jours en 2018, et atteint désormais 73 jours, soit 9 de plus que la moyenne mondiale.

Avec 672 milliards d’euros l’an passé, le crédit inter-entreprises représente la première source de financement des entreprises. Tout allongement sur les délais de règlement tire sur la trésorerie des fournisseurs, perturbe leur équilibre financier, et entraîne des coûts supplémentaires de relances, de discussion, et de recouvrement.

Sur ce volume, 56 milliards d’euros de créances impayées sont constatés en moyenne chaque année dans les comptes des entreprises françaises, d’après une étude de l’ANCR. Non seulement ça n’est pas drôle, mais le scénario peut tourner à la tragédie si le client fait définitivement défaut. Le nombre des défaillances d’entreprise, 54.325 en 2018 selon Stéphane Colliac, économiste en charge de la France chez Euler Hermes, est toujours très supérieur aujourd’hui à son niveau d’avant crise de 2007 (+14%). Et l’on attend un chiffre en hausse de 2% en 2019 !

On a coutume de dire que les gens heureux n’ont pas d’histoire ? Eh bien les comptables heureux n’ont pas d’histoires… de mauvais payeurs. Car l’assurance-crédit n’est pas de la fiction !