A chaque pays sa culture, ses traditions… Et ses habitudes en matière de gestion des impayés ! Avec un DSO moyen de 54 jours, l’Allemagne fait figure de bon élève à l’échelle mondiale. Mais lorsque survient un impayé avec un client allemand, mieux vaut connaître les spécificités du recouvrement dans ce pays avant de se lancer. Nos experts vous donnent les bonnes pratiques pour optimiser sereinement vos transactions en Allemagne. Décryptage en vidéo des spécificités du recouvrement en Allemagne.

Le saviez-vous ?

L’Allemagne est le premier partenaire commercial de la France, concentrant 16,5% des exportations et importations françaises de biens. D’après le baromètre export 2018, Euler Hermes estime que les entreprises françaises ont bénéficié de plus de 4 milliards d’euros de débouchés supplémentaires à l’export en Allemagne en 2018, et auront encore 2,4 milliards d’euros à saisir en 2019. Il n’est donc pas surprenant que l’Allemagne se classe en 4ème position des destinations envisagées par les entreprises pour accroitre leurs exportations.

Le risque d’impayé à l’export

« Les entreprises françaises sont de plus en plus volontaires à l’export, et elles veulent se développer par leurs propres moyens. Mais elles doivent garder en mémoire que l’aventure internationale est mouvementée, et qu’elle ne se joue pas en solo. A l’heure où le risque d’impayé s’accroît dans le monde, protéger sa trésorerie est un impératif pour réussir son développement à l’export sereinement » indique Hubert Leman, Directeur des engagements d’Euler Hermes France. Le risque d’impayé est cité comme principale menace à l’export par 58% des entreprises interrogées, preuve qu’elles sont conscientes des dangers du commerce international. Alors comment se donner toutes les chances de réussir son export ? Comment faciliter son financement ? Et comment être sûr d’être payé une fois la livraison achevée ?

Téléchargez maintenant le guide Ce que devrait savoir une PME qui exporte, et partagez les secrets des meilleurs !